LES FRESQUES

blocks_image
blocks_image
blocks_image
blocks_image
Si vous êtes pressé(e) : sautez de suite aux images (premières version seulement) de l'Enfer des philosophes. Sinon, voici mon commentaire sur la genèse de ces images. Le reste à feuilleter, marge de gauche.

Que voulais-je?

Refaire une version de ma divine comédie? Ou mettre en scène les personnages de ma vie? Pas grande différence. Je me suis aperçu que fiction et réalité cohabitaient agréablement en moi. Elles papotaient. Je me fis confiance, me disant qu'un auteur sans obsessions est un auteur mort (avant d'être né). J'ouvris allègrement les vannes de mes archives, capturant ce qui passait avec passion. Il n'y a pas d'art mineur - je puis me permettre de le dire ayant œuvré dans ce qu'on convenait de nommer ART Majeur - mes amis, les filles de la pub ou de ma vie, tout entrait. Quitte à effacer beaucoup. Sur le plan graphique le grand problème était de trouver pour chaque figure la bonne place et la bonne lumière. Confidence? C'est mon ami
José Gerson qui m'a donné envie de m'essayer dans le genre de la fresque, ça fait des dizaines d'années. Il en composait de géantes, bourrées de personnages rares. Ouvrez le lien! Ce type, qui a dessiné plus d'une des lithos de Dali, est génial et, bien évidemment, il a gardé un cœur d'enfant. Je ne suis rien comparé à lui, je ne suis qu'un compositeur qui a découvert la possibilité de mettre des images en partition. Le choc des signes! (page suivante)