item5a1
item5a

Cinéma

item3

Cover

Edito

Tema

Vie

People

CInéma

Politique

Nature

LIvres

FInance

S'indigner

Annexes

4ème cover

Karin Viard

et son terrible sourire

item6
item7

Les films de Cedric Klapisch sont bons, nous y sommes habitués depuis l’auberge espagnole et les poupées russes. Ma part du gâteau est un film à démarrage lent, heureusement, aucun impératif américain. Gilles Lellouche est excellent, c’est chose certaine. Je trouve qu’il a une belle sale gueule dans ce film, de quoi plaire à un style de femme. Il incarne presque trop bien un abruti de trader, macho, borné, méchant et américanisé. Son univers est dans ce film par trop simpliste. Un tel personnage ne s’amuse pas à jouer $ 2’000’000 sur un mouvement du Forex pour gagner 60’000 €. C’est bien trop petit. N’importe qui aujourd’hui avec un effet de levier peut le faire avec 2 ou 3’000 €. L’auteur du scénario est mal documenté. Apparaît Karin Viard. Chaque fois que je la vois passer à l’écran elle me surprend, elle a un +, j’aime sa manière d’être. Elle est loin des critères idiots de la beauté ! Un visage trop chevalin, des dents trop grandes alors pourquoi est-elle plus belle que les autres ? Réponse simple comme double : elle est réelle, son bel anima1 de femme passe l’écran. Au demeurant j’exagère, la comparer à des bimbozes même françaises est stupide, Karin a de la classe et surtout de l’être. Il y a un moment de séduction dans le film, quand une relation sexuelle se noue entre elle et le trader perdu, qui est d’une rare puissance. Aucune Angelina Jolie, Eva Mendez et autres figurines connues ne peut y prétendre. C’est émouvant, elle est émouvante. Évidemment, ce film ne peut que me plaire dans sa dénonciation du monde de l’argent. L'Analyse est superficielle mais qui dira l’horreur de ce monde ? Dans une France aujourd’hui américanisée, avec un Président voyou qui joue le jeu des nantis et s’est ridiculisé par son désir infantile de paraître, dans une France ou le peuple est victime au quotidien des usuriers légaux, où l’on multiplie les crédits avoisinant les 20 % à des personnes qui ne pourront que s’enfoncer et jamais rembourser, dans le pays qui permet à la BNP de développer ses escroqueries avec impunité, CP apporte sa contribution à cette révolution qui ne se fera pas… (plus)

Flavienne Le Tantal